Mercredi
22
septembre
La langue est un petit membre et elle se vante de grandes choses. Voyez comme un petit feu peut allumer une grande forêt ! Et la langue est un feu… De la même bouche sortent la bénédiction et la malédiction. Mes frères, il ne devrait pas en être ainsi.
Jacques 3. 5-10
Sur l’épître de Jacques (4) Celui qui met le feu

Qui n’a pas en mémoire des propos déplacés, inconvenants, insensés, qui ont eu le même effet qu’un feu dévastateur s’attaquant aux pinèdes et aux broussailles, détruisant tout sur son passage, laissant des traces encore visibles des années plus tard.

L’apôtre Jacques s’adresse ici à des croyants qui ne sont pas à l’abri de tels dangers. Il faut donc être attentif à ces avertissements. Combien d’églises (assemblées chrétiennes), mais aussi de familles, de couples, d’amitiés, ont été détruits par des critiques, de la médisance, des calomnies. Rapporter, médire, propager une calomnie, peut avoir de très graves conséquences :

- La division : “Celui qui couvre une transgression cherche l’amour, mais celui qui répète une chose divise les intimes amis” (Proverbes 17. 9).

- La querelle : “Faute de bois, le feu s’éteint ; et, quand il n’y a plus de rapporteurs, la querelle s’apaise” (Proverbes 26. 20).

- L’indignation : “Le vent du nord enfante les averses ; et une langue qui médit en secret, des visages indignés” (Proverbes 25. 23).

- La souffrance : “L’homme qui rend un faux témoignage contre son prochain est un marteau, et une épée, et une flèche aiguë” (Proverbes 25. 18). “Il y a tel homme qui dit légèrement ce qui perce comme une épée, mais la langue des sages est santé” (Proverbes 12. 18).

Les faux témoignages et la jalousie des chefs du peuple juif ont conduit Jésus sur la croix. Nous sommes invités à rejeter la méchanceté, le mensonge, l’hypocrisie, l’envie, et les médisances de toute sorte (1 Pierre 2. 1).